L’Histoire récompensée

Publié le 22 novembre 2016, dans Événements, Revue de presse L’Histoire récompensée
(Sherbrooke) D’un côté, le récit romancé de l’artiste qui aurait dessiné, au XVIe siècle, les planches d’un des plus importants ouvrages d’anatomie humaine. De l’autre, une enquête sur une bataille capitale dans le cheminement d’Haïti vers l’indépendance… mais quasi effacée de la documentation en France. Leur point commun : l’Histoire avec un grand H, mais aussi les deux lauréats du Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke.

Maryline Fortin, auteure de La Fabrica (Québec Amérique), et Jean-Pierre Le Glaunec, qui a signé L’armée indigène. La défaite de Napoléon en Haïti (Lux Éditeur), ont remporté hier cette reconnaissance biennale, respectivement dans les catégories « création littéraire » et « essai ». Ils reçoivent une bourse de 4000 $, celle de la catégorie « essai » étant décernée à parts égales par la Ville et l’Université de Sherbrooke. […]

Arrivé il y a huit ans comme professeur d’histoire à l’Université de Sherbrooke, Jean-Pierre Le Glaunec a fouillé pendant quatre ans l’historique bataille de Vertières (18 novembre 1803), qui a mené à l’indépendance d’Haïti. Célébrée par les Haïtiens, cette date a été quasi évacuée des manuels d’histoire en France, même si elle a fissuré les assises de l’esclavage.

« Dans certains livres, on parle du 17 ou du 19 novembre, même du 17 octobre. J’ai dû fouiller dans des archives en France, en Angleterre, aux États-Unis et à Haïti, avec beaucoup d’aide de mes assistants de recherche », explique ce Breton d’origine qui, après avoir adopté Sherbrooke, a maintenant le sentiment d’avoir été adopté par sa ville. […]

Steve Bergeron, La Tribune, 22 novembre 2016

Photo : Les gagnants du Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke (assis) ont tous deux un lien avec le département d’histoire de l’UdeS : Marilyne Fortin détient une maîtrise et Jean-Pierre Le Glaunec y est professeur. Derrière, Patrick Nicol (3e prix en création littéraire), Robert Pouliot (maire suppléant), David Goudreault (2e prix en création littéraire), Pierre Tardif (président du Comité de la culture) et Nathalie Watteyne (3e prix en essai). © Spectre Média, Jessica Garneau

Lisez l’original ici.