Les libraires craquent pour «L’habitude des ruines»

Publié le 12 avril 2022, dans Revue de presse

Marie-Hélène Voyer signe ici une réflexion sur l’importance du patrimoine bâti au Québec. Elle brosse le portrait d’un Québec en crise identitaire culturelle : les bâtiments historiques et l’art sont délaissés, détruits et remplacés par de vastes stationnements ou des gratte-ciel, nouveaux astres. L’essai est entrecoupé de moments de jeunesse de l’auteure, qui a vécu en campagne, près de Rimouski, et dont la maison d’enfance fut construite pierre par pierre par le père. La destruction de ce qui n’enrichit pas le capital immédiatement est permise par le laisser-aller des dirigeants. Voyer appelle à une mobilisation pour que les consciences et les coeurs s’ouvrent: «Il faut parler des rivières comme on parle des lieux et des êtres qu’on a aimés, sans les idéaliser, sans les effacer. […] Scander leur nom pour les appeler, pour que leurs histoires sourdent à la surface de nos villes et de nos mémoires.»

Magalie Lapointe-Libier / Librairie Paulines (Montréal), Les Libraires, no 130, avril-mai 2022.