La cuvée 2021 des auteurs d’ici

Publié le 22 décembre 2021, dans Revue de presse La cuvée 2021 des auteurs d’ici

Ils sont peut-être passés sous votre radar cette année, mais de nombreux auteurs bas-laurentiens ont fait paraître des ouvrages en 2021. Voici quelques-uns de leurs livres, à lire sans modération ou à offrir à vos proches, histoire de se changer les idées pendant ce temps des Fêtes qui sera, encore cette année, particulier.

[…]

L’habitude des ruines, le sacre de l’oubli et de la laideur au Québec, Marie-Hélène Voyer (Lux)

Que restera-t-il de notre passé? C’est l’une des questions que se pose l’auteure rimouskoise Marie-Hélène Voyer, alors que les lieux qui racontent ce passé disparaissent du paysage québécois contemporain à coups d’abandons et de démolitions. Dans cet essai qui plaira à coup sûr aux amoureux d’histoire et de patrimoine, l’auteure se met au service de ces lieux humbles qui murmurent le temps. Elle y parle aussi bien des églises en décrépitude, des villages disparus dans les années 70 que des bâtisseurs de vide qui s’emploient à réduire notre passé à une anecdote en rasant des bâtiments qui racontent notre histoire pour en refaire du neuf. Elle se questionne surtout sur la façon dont nous pourrions mieux faire le lien entre notre passé et notre présent.

L’essai de Marie-Hélène Voyer s’intéresse au patrimoine bâti et à la façon dont le Québec traite son histoire.
Photo : Radio-Canada / François Gagnon

 

Extrait :

Comment comprendre la logique derrière ces banlieues banalement cossues qui champignonnent partout? On rase des paysages agricoles ancestraux, on démolit des maisons patrimoniales authentiques, des traces précieuses et irremplaçables de notre histoire, tout cela pour construire du neuf qui mime l’ancien […]. Ces néomanoirs ne sont pas de simples maisons, ce sont des crises identitaires.

[…]

L’apocalypse durable, pamphlet à l’usage des écoanxieux pour radicaliser leur famille, Fred Dubé (Lux)

Pourquoi couper des arbres pour écrire un mauvais livre sur l’écologie? Dès le début de son livre, Fred Dubé donne le ton. S’il tire à boulets rouges sur les Costco et Walmart de ce monde, les vedettes, les politiciens et les riches oligarques, il n’hésite pas à se critiquer lui-même. La crise n’est pas environnementale, elle est humaine. C’est ce mammifère prétentieux qu’il faut aider, ou chasser, écrit-il. Alors que se poursuit le mythe du capitalisme vert, Fred Dubé montre du doigt les contradictions de notre société. Il cite aussi bien Gaston Miron, Alain Deneault que Marie-Chantal Toupin dans un essai qui fait réfléchir et rire, mais qui, disons-le, nous laisse un peu découragés face à notre époque.

L’humoriste Fred Dubé utilise son humour décapant pour tirer à boulets rouges sur le capitalisme et ses effets sur l’environnement.
Photo : Radio-Canada / François Gagnon

 

Extrait :

À quoi sert l’industrie du tourisme de masse sinon à bousiller les écosystèmes pour distraire une petite bourgeoisie qui s’ennuie? Le touriste est un dévoreur de monde, un jouisseur compulsif jetable, un masturbateur fou rêvant de gras, de sel et de vin sucré […]. Écoutez donc un bon documentaire à propos d’un pays étranger assis dans votre salon, c’est plus authentique et enrichissant comme expérience. Le voyageur audacieux contemporain est celui capable de sentir Ulysse dans l’odyssée d’un grilled cheese bien fait.

[…]

Julie Tremblay, ICI Bas-Saint-Laurent, 22 décembre 2021.

Photo: iStock

Lisez l’original ici.