Livre Peau rouge, masques blancs

Peau rouge, masques blancs Contre la politique coloniale de la reconnaissance

  • Traduit de l'anglais par Arianne Des Rochers et Alex Gauthier
  • Avant-propos de Taiaiake Alfred
Lire un extrait

ISBN : 9782895963882

Collection : Pollux

360 pages

Parution en Amérique du Nord : 3 juin 2021

Parution en Europe : 19 août 2021

Le produit n'est pas encore disponible.

«Ce livre offre une critique pénétrante du colonialisme contemporain et une vision claire de la résurgence autochtone, en plus de constituer une contribution importante à la pensée révolutionnaire.»

– Taiaiake Alfred, extrait de l’avant-propos

Le paradigme hégélien de la reconnaissance, admirablement critiqué par Frantz Fanon dans l’œuvre phare à laquelle ce livre rend hommage, est aujourd’hui évoqué, sous sa forme libérale, dans les débats entourant l’autodétermination des peuples colonisés, notamment les peuples autochtones d’Amérique du Nord. Politologue et militant, membre de la Nation dénée du Nord-Ouest du Canada, l’auteur reprend ici la critique fanonienne et démontre en quoi cette reconnaissance ne fait que consolider la domination coloniale.

Cet ouvrage de théorie politique engagée appelle à rebâtir et redéployer les pratiques culturelles des peuples colonisés sur la base de l’autoreconnaissance, seule voie vers une réelle décolonisation. Penseur marxiste, Coulthard sait que le marxisme ne peut s’appliquer tel quel à la lutte des Autochtones, mais il en souligne la contribution potentielle et signe ici un véritable traité de combat décolonial et anticapitaliste.

  1. AVANT-PROPOS

    9
  2. INTRODUCTION. LES SUJETS DE L'EMPIRE

    13
  3. 1. LA POLITIQUE DE LA RECONNAISSANCE EN CONTEXTE COLONIAL

    53
  4. La reconnaissance: de la dialectique du maître et de l’esclave à la «politique de la reconnaissance»

    55
  5. Frantz Fanon et le «sociodiagnostic» de la politique de la reconnaissance

    62
  6. L’autoreconnaissance et l’émancipation anticoloniale

    81
  7. La solution: tourner le dos au pouvoir colonial?

    85
  8. Conclusion

    88
  9. 2. POUR LE TERRITOIRE: LA LUTTE POUR L'AUTODÉTERMINATION DE LA NATION DÉNÉE

    93
  10. Un bref historique du Denendeh

    95
  11. «Pas notre façon de faire»: le développement colonial remis en cause

    106
  12. La Déclaration de la Nation dénée: comprendre le nationalisme autochtone

    113
  13. Les revendications territoriales et l’étatisation du nationalisme déné

    117
  14. Conclusion

    131
  15. 3. L'ESSENTIALISME, LES DROITS DES FEMMES ET L'AUTONOMIE GOUVERNEMENTALE

    139
  16. Le constructivisme social et la démocratie délibérative

    141
  17. Femmes autochtones, discrimination et autonomie gouvernementale: un historique

    146
  18. Le constructivisme social et le patriarcat colonial

    158
  19. Le constructivisme social, la domination coloniale et l’État

    166
  20. Conclusion

    176
  21. 4. VOIR ROUGE: RÉCONCILIATION ET RESSENTIMENT

    179
  22. S’apitoyer sur son sort: ressentiment et réconciliation

    186
  23. Le ressentiment du colonisé et la montée de la politique de la réconciliation au Canada

    190
  24. Gérer la crise: la réconciliation et la Commission royale sur les peuples autochtones

    195
  25. Le ressentiment, une vertu? L’échec de la réconciliation

    203
  26. Conclusion

    213
  27. 5. PLONGER DANS LE GOUFFRE DU PASSÉ

    219
  28. Du particulier à l’universel: Jean-Paul Sartre, la politique identitaire et la dialectique colonial

    222
  29. Frantz Fanon, la négritude, l’autoreconnaissance et la décolonisation

    231
  30. Conclusion

    246
  31. CONCLUSION. LES LEÇONS DU MOUVEMENT IDLE NO MORE: L'AVENIR DU MILITANTISME AUTOCHTONE

    249
  32. La résurgence autochtone

    253
  33. Idle No More: un historique

    263
  34. Cinq thèses sur la résurgence autochtone et la décolonisation

    272
  35. REMERCIEMENTS

    297
  36. NOTES ET RÉFÉRENCES

    301

Actualités du livre