Brève sur «Panique à l’Université»

Publié le 8 septembre 2022, dans Revue de presse Brève sur «Panique à l’Université»

Cet essai met en perspective la novlangue sociopolitique mondiale et ce que l’on croit, à tort, être ses avatars universitaires. «Plusieurs poussent des cris affolés à propos d’une Université soi-disant assiégée par les féministes et les antiracistes qui menaceraient jusqu’à l’ensemble de la société au nom de la “rectitude politique”. Pour stimuler la panique collective, on agite des épouvantails – social justice warriors, islamo-gauchistes, wokes, gender studies – et on évoque les pires violences de l’histoire: chasse aux sorcières, lynchage, totalitarisme, extermination. Or, cette agitation repose non seulement sur des exagérations et des mensonges, mais elle relève d’une manipulation qui enferme l’esprit et entrave la curiosité intellectuelle, la liberté universitaire et le développement des savoirs. Cet essai appelle à considérer la place réelle des études sur le genre et le racisme dans les réseaux universitaires. Ultimement, il s’agit d’un exercice de déconstruction d’une propagande réactionnaire.»

Jean-François Crépeau, Le Canada français, 8 septembre 2022.