À lire aussi

Publié le 10 avril 2021, dans Revue de presse

Sujet tabou ou obscène, l’éjaculation féminine? Levez la main, ceux qui le pensent. Ce livre n’est pas pour vous alors. Par contre, il intéressera tous ceux, les hommes surtout, qui sont curieux d’en savoir un peu plus sur le sujet que les ragots de fond de taverne (ou de bar miteux). Reconnue pendant des milliers d’années comme faisant partie de l’expérience sexuelle féminine et masculine, ce n’est que vers la fin XIXe siècle en Europe «que l’éjaculation féminine a été niée, refoulée, tabouisée, pour être finalement largement oubliée». Comme si les femmes n’avaient pas droit au plaisir sexuel ou n’avaient tout simplement pas de prostate. «Le fait que la prostate féminine soit un organe fonctionnel équivalent à la prostate masculine (issu du même tissu embryonnaire) est rarement mentionné» dans les ouvrages médicaux, affirme l’auteure, qui fait le point sur les études et les recherches en matière de jouissance sexuelle féminine.

Jacques Lanctôt, Le Journal de Montréal, 10 avril 2021