ACTUALITÉS

24 janvier 2016

Le Couac, mars 2010

Livre référence:
Histoire de la Révolution mexicaine

Les cent ans d’une révolution

Lux a eu l’excellente et opportune idée de rééditer dernièrement Histoire de la Révolution mexicaine de Jesús Silva Herzog. Excellente bien sûr parce que le livre l’est, excellent, mais aussi, plus égoïstement, parce que j’ignorais tout de son existence. Opportune parce que les anniversaires convergent et se bousculent: seront commémorés cette année le 25e anniversaire de la mort de l’auteur, le 50e de la parution de la première édition, et le 100e du début de la révolution. L’Histoire, vous en conviendrez, ne demandait rien de moins que cette réédition.

D’abord, un mot sur l’auteur, qui ne semble pas être très connu ici (d’ailleurs, fait rare de nos jours, Wikipédia n’est d’aucune aide en français et n’offre que quelques bribes sans intérêt en anglais). Il a 17 ans au début de la révolution et affirme être devenu de gauche à 21 ans en rejoignant une brigade révolutionnaire. Journaliste, universitaire et homme politique, il joue un rôle clé dans la nationalisation du pétrole mexicain à la fin des années 1930.

La rédaction de son Histoire de la révolution est clairement un geste engagé : il cherche à redonner vie aux idées de la révolution et à leur insuffler une vigueur renouvelée dans l’imaginaire populaire, après une période post-révolutionnaire difficile et tumultueuse (à laquelle il ne fait pas référence). Il ne cache donc pas son attachement à ces idées, bien au contraire, mais le recul détaché que permet le temps (il a 66 ans lors de la publication du livre) et une admirable rigueur intellectuelle rendent son exposé honnête et mesuré. On apprécie sa critique parfois incisive des nombreux dérapages de la révolution.

Les événements dont il fait le récit sont d’une frénésie inouïe. Ne nous mentons pas: une partie du plaisir, au-delà de l’intérêt historique et politique, c’est que l’histoire, petit h, est captivante. Le livre se dévore comme un bon roman et serait digne d’intérêt même si on le réduisait à sa trame narrative (les événements de la Révolution n’ont d’ailleurs pas manqué d’inspirer quantité de cinéastes, comme en témoigne en fin de volume la filmographie de plus de 60 titres produits sur le sujet depuis 1912, au Mexique et ailleurs).

Silva Herzog ponctue généreusement son récit de retranscriptions de documents clés de la Révolution. Ces fragments de première main offrent un regard fascinant sur le discours politique du Mexique des années 1910 et font découvrir toute la richesse de la réflexion sociale de l’époque, dans certains cas extrêmement avant-gardiste.

Tout cela porte à la réflexion sur le monde contemporain. La mise en situation en début de volume, où l’auteur décrit la concentration abjecte de la richesse et de la propriété terrienne, est d’un grand secours à la compréhension des conditions qui ont mené au bouleversement social. On pense évidemment aux zapatistes contemporains, dont la lutte est tout à fait analogue à celle de certaines factions révolutionnaires de l’époque. Les idées de 1910 vivent-elles toujours aujourd’hui? Qui les incarne? Peut-on espérer effervescence semblable aujourd’hui? Doit-on? Ces questions jalonnent la lecture.

Soulignons la postface de Felipe Ávila Espinosa, un ajout extrêmement pertinent qui arrive, en quelques pages, à contextualiser admirablement l’ouvrage et à amener des pistes de réflexion essentielles.

D’une main de maître, Silva Herzog fait vivre avec la passion de celui qui y était tout le drame, l’espoir, la violence et la beauté d’un moment immense de l’Histoire mexicaine.

Jesús Silva Herzog, Histoire de la Révolution mexicaine, Lux Éditeur, 2009, 320 p.

Étienne Després, Le Couac,
mars 2010

Inscrivez-vous à notre infolettre

infolettre

Conception du site Web par

logo Webcolours

Webcolours.ca | © 2023 Lux éditeur - Tous droits réservés.