La démocratie peut-elle retrouver le peuple?

Publié le 2 décembre 2021, dans Revue de presse

La peur du peuple désigne à la fois le peuple qui a peur et le peuple qui fait peur, l’agoraphobie et l’agoraphilie, les deux noms du rapport équivoque de la démocratie à la représentation. La réédition en poche de l’ouvrage de Francis Dupuis-Déri permet d’alimenter la réflexion sur le concept de peuple. La représentation politique a selon l’auteur pris la forme d’une prise de pouvoir par des élites et des élus. Professeur de science politique à Montréal, l’auteur met en évidence la polysémie du concept de peuple, entre peuple social et peuple politique, entre ceux qui s’assemblent et ceux au nom de qui les représentants prennent la parole. Entre masse et plèbe, entre la rue et l’assemblée, l’agoraphobie l’aurait emporté, en dépit des expériences éparses d’autogestion et de contestation horizontale. À ce sombre constat, on pourrait opposer les expériences de démocratie directe, les demandes de changements constitutionnels et de référendums d’initiative populaire, les ZAD, voire certains aspects du mouvements des gilets jaunes…

Nicolas Mathey, L’Humanité, 2 décembre 2021.