Le mystère de « l’autoroute des larmes » où ont disparu des dizaines de femmes

Publié le 6 octobre 2020, dans Revue de presse Le mystère de « l’autoroute des larmes » où ont disparu des dizaines de femmes

Le 26 octobre 1969, le corps de la première victime du dossier de l’Autoroute des larmes est retrouvée. Gloria Moody, 26 ans, est retrouvée le long de l’autoroute 16, en Colombie Britannique (Canada). Elle a été violée et battue à mort. L’assassin de la jeune femme n’a jamais été retrouvé.

Un an plus tard, quatre auto-stoppeuses âgées de 14 à 18 ans, vont être retrouvées mortes. À cette époque, l’ADN ne permet pas de faire des rapprochements et la route 16 en Colombie-Britannique fait 724 kilomètres de long. La plupart des victimes sont des autochtones. En 1978, la plus jeune victime de l’autoroute des larmes disparaît à l’âge de 12 ans. Son corps est retrouvé 17 ans plus tard.

Au total, les autorités recensent 19 victimes. En réalité, les peuples autochtones affirment qu’il y en a au moins une quarantaine. L’autoroute des larmes au Canada a-t-elle abritée un tueur en série ou plusieurs tueurs qui se sont succédés pendant près de 40 ans ?

Nos invités

Stéphane Berthomet, animateur du podcast documentaire L’ombre du doute, qui enquête sur des affaires criminelles non résolues au Canada.
Emmanuelle Walter, rédactrice en chef d’Arrêt sur Images et auteure du livre « Soeurs volées » aux éditions Lux.

L’heure du crime, avec Jean-Alphonse Richard et Marie Brossard, RTL, 6 octobre 2020.

Photo: Chris Henry / Unsplash

Écoutez l’entretien ici.