Alcool et Communards, fini la bamboche

Publié le 24 avril 2022, dans Revue de presse Alcool et Communards, fini la bamboche

L’historien et vigneron naturel Mathieu Léonard livre un essai remarquable sur le détournement, par la littérature versaillaise, des effets de l’alcool sur les luttes des Communards. Brillant et étrangement actuel.

Les discours médicaux ne sont jamais neutres. C’est l’une des thèses du remarquable essai de Mathieu Léonard, l’Ivresse des Communards – Prophylaxie antialcoolique et discours de classe (1871-1914) paru en mars aux éditions Lux (Montréal). L’historien s’est intéressé à la production éditoriale de nombreux auteurs anti-communards (Paul de Saint Victor, Maxime Du Camp) qui ont cherché à protéger les «hiérarchies fondamentales» de la bourgeoisie (famille, religion, propriété) en dénigrant les luttes des insurgés, les réduisant à une lamentable bamboche. Avec la complicité de médecins, soucieux de protéger leurs intérêts de classe, la violence à l’égard des fédérés, par le sang et par les lois, a ainsi pu se justifier par une forme de purge, un «hygiénisme philanthropique».

En s’attachant uniquement aux stigmates de la décadence, cette littérature, qui débouchera sur un ensemble de lois restrictives, se détourne des causes politiques, sociales et économiques à l’origine de la révolte. La complicité des médecins est particulièrement mise à mal dans un chapitre féroce, «Les médecins contre la Commune», dans lequel l’historien fait remarquer que, même s’il existe dans cette classe sociale de «gros buveurs», la lutte antialcoolique vise encore et toujours le contrôle des classes laborieuses, plus susceptibles de s’insurger.

Plus étonnant, des écrivains anarcho-individualistes se saisiront eux aussi du problème et produiront à leur tour un discours hygiéniste en avançant des arguments diamétralement opposés. Et c’est là où, avec une grande rigueur intellectuelle, Mathieu Léonard départage son corpus. D’un côté, les textes qui encouragent une pensée de la «dégénérescence» et de la crainte du déclin national. De l’autre, des anarchistes et des néomalthusianistes voulant organiser la révolution. Dans de nombreuses publications (Les Petits Bonshommes, le Réveil du peuple, Temps Nouveaux), des auteurs mais aussi des médecins anarchistes (Marc Pierrot, Alfred Mignon, Edmond Duchemin ou le docteur Segard) remonteront à la cause des causes, à l’origine du mal : «L’alcoolisme a son principe dans l’inégalité économique et l’impossibilité qui s’ensuit d’être heureux.» En d’autres mots, les raisons de la colère, justifiées et profondes, ne peuvent se ranger en vitesse du côté de la maladie ou de la folie. Hélas, ces écrits, mâtinés d’eugénisme, encourageront aussi une propagande rigoriste et individualiste.

Concluant son essai avec les gilets jaunes et les restrictions, imposées par les préfets, de la vente et de la consommation d’alcool le samedi dans de nombreux départements, l’auteur relève que la Fédération française des spiritueux avait aussitôt regretté des pertes de «13 milliards d’euros à la première industrie de France». Une injonction contradictoire qui rappelle qu’encore aujourd’hui, il y a de bons buveurs (les buveurs utiles au capitalisme), et les autres, qui menacent l’ordre établi en s’abreuvant au même feu.

En plus de son travail d’historien, Mathieu Léonard est vigneron en vins naturels. Sa dernière cuvée, Potlatch, porte le titre de la revue lettriste dirigée par Guy Debord.

Marie-Eve Lacasse, Libération, 24 avril 2022.

Photo: Des ouvriers parisiens pendant la Commune de Paris en 1871. (Bridgeman Images)

Lisez l’original ici.